Faut-il s’assurer pour pratiquer un sport en club ou en loisir ?

Chaque année, les activités sportives amateurs sont responsables de 900 000 accidents soit 270 blessures quotidiennes. Une tendinite provoquée par une pratique intense de tennis, une entorse due à un running, une déchirure apparue après un match de basketball... le sport nous réserve son lot de risques auxquels il faut se protéger.

Souscrire à une assurance constitue la meilleure des préventions. Cette règle vaut autant pour les sportifs du dimanche que ceux qui pratiquent en club.

Faut-il s’assurer pour pratiquer un sport en club ou en loisir ?

Assurance : une obligation pour les clubs

Une assurance sport a pour objectif d’offrir une couverture aux pratiquants d’une discipline. Il existe essentiellement deux types de protection : la garantie responsabilité civile et la garantie des accidents de la vie. La première couvre les dommages causés à autrui qu’ils soient corporels ou matériels. La seconde quant à elle couvre les dommages infligés à soi-même. Elle revêt une importance cruciale, car un accident entraînant de fractures et autres blessures graves nécessitent des soins dont les prix peuvent être excessifs.

Point essentiel à savoir : la règlementation impose aux fédérations, associations et clubs sportifs de souscrire à des garanties d’assurance couvrant la responsabilité civile. Celles-ci s’appliquent aux salariés, bénévoles, licenciés et pratiquants. Concrètement, une personne membre d’un club bénéficie d’office de cette couverture en responsabilité civile. En cas de dommages provoqués à un tiers que ce soit un sportif, un bénévole, un employé ou un arbitre, c’est l’assurance du club qui prend tout en charge. Par contre, il faut prêter une attention accrue aux éventuelles franchises, aux plafonds d’indemnisation et aux conditions de remboursement.

Un autre point qui mérite qu’on s’y attarde repose sur la théorie de l’acceptation des risques. En clair, un sportif doit accepter les risques liés à la pratique d’une discipline. Cela signifie que la responsabilité du pratiquant est atténuée voire supprimée s’il a blessé quelqu’un à la suite d’un geste involontaire, ce qui arrive très souvent dans les sports de contact. Par contre, il ne peut pas se défaire de sa responsabilité si les blessures sont dues au fait qu’il a enfreins les usages ou les règles de la discipline en question.

Enfin, il faut aussi savoir que les clubs ne sont pas contraints de souscrire à des garanties des accidents de la vie. Pour pouvoir être indemnisé s’il se fait mal lui-même, le pratiquant est obligé de prendre une assurance individuelle accident. Des détails là-dessus sont proposés par des sites comme Lemagdelassurance.com.

Le sport en individuel : souscrire à un contrat d’assurance

Ceux qui ne pratiquent pas de sport en club mais uniquement comme un loisir, bénéficient d’une garantie de responsabilité civile grâce à leur contrat multirisque habitation. Cependant, il est vivement recommandé de vérifier que cette assurance prend en charge la discipline en question. Le cas contraire, il va falloir souscrire à une extension de garantie. Pour les blessures que le pratiquant pourrait se faire à lui-même, il est mieux de prendre en complément une garantie individuelle accidents. Les frais médicaux, les frais de location, les frais d’annulation de voyage ainsi que l’assistance sont normalement pris en charge et remboursés. Il est même possible de toucher un capital d’invalidité ou de décès.

Écrit par Paul le dans Du sport en tongs

Sors tes tongs et relaye sur les réseaux sociaux

Laisse un commentaire si t’as tes tongs

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : 8erar8ctm5